ENDING 16 BURICHI VO

Video Bleach

Générique dessin anime Bleach ending 16

Seizième chanson de fin - Episodes 180 à 189
Regarder générique Bleach ending 16 vo

Ecouter le 16ème generique de fin Bleach

Les paroles de la chanson Gyaroppu

Tsunagaru oto ga komaku wo tataku
Tsutau kotoba ga mune wo furuwasu
Tobikau hikari nejikureru kage
Abaremawaru genshoku no RIZUMU

Tachikuramu mayonaka ni
Nani mo ka mo wo tebanashite
Namida mo nagashitsukushita nara
Utsumuku koto wa mou nai kara

Asa yakeru sora mezameru kimi ga
Kizamihajimeru tashika na hibi
Sono toki no naka kono koe wa hibiite kureru darou ka?
Kikoeteru nara todoiteru nara
Ude wo kazashite misete kure
Mada chiisakute koboresou na hikari de mo kakedashite

Sumashita mimi de hirakareta me de
Nido to nai kuuki wo kamishimete
Ki ga tsuita maboroshi ni ima ni mo kuzuresou demo
Kokoro ga sakebitsuzukeru nara
Doko ni mo machigai darou nai kara

Asa yakeru sora miageru kimi ga
Motomehajimeru hitotsu no yume
Sono sugu soba de kono koe wa hibiite kureru darou ka?
Kikoeteru nara todoiteru nara
Ashi wo narashite kotaete kure
Hatenai michi ni
Tsumazuite furimuite mo kakenukete

Asa yakeru sora akaramu machi ga
Ima ni mo iki wo fukikaesu
Hokorobi dashita bukiyou na kimi no egao mo
Kagayaite mieru

Interprète : pe'zmoku
Auteur : suzumoku
Compositeur : Ohyama "B.M.W" Wataru
Arrangeur : pe'zmoku

Les paroles de la chanson Gallop en version française

Un son qui nous lie bat dans mes tympans.
Des mots qui m'ont été transmis dansent dans ma poitrine.
Ce sont des lumières volantes, des ombres tordues,
Et le rythme d'une couleur qui est devenue folle.

Te tenant au milieu de la nuit, et pris de vertige,
Si tu as laissé tout cela aller,
Si tu as pleuré toutes tes larmes,
Alors il n'y a aucune raison pour que tu continues de fixer le sol.

Le ciel matinal brûle, et toi, tu te réveilles.
Commence à graver une journée qui est certaine.
A ce moment-là, n'entends-tu pas ma voix résonner ?
Si tu m'entends, si ma voix porte bien,
Montre-le moi en gardant tes bras levés bien haut.
Même dans une petite lumière débordante, cours !

Usant de ma fine ouïe, usant de mes yeux ouverts,
Je ne serai pas à nouveau intimidé par cette atmosphère.
Tout cela se brise dans ma vision et dans le présent,
Si mon coeur continue de crier vers les endroits
Où il n'y a pas de choses comme les erreurs.

Tu as levé les yeux vers le ciel matinal qui brûle,
Et tu as commencé à poursuivre tes rêves.
Ne ressens-tu pas ma voix résonner près de toi ?
Si tu m'entends, si ma voix porte bien,
Montre-le moi avec tes jambes.
Même si tu trébuches et tombes,
Continue de courir sur cette route sans fin !

Le ciel matinal brûle, et notre souffle est en train de retourner
Dans une ville qui se trouve à l'aube maintenant.
Ton sourire maladroit sort tout droit d'une veine ouverte.
Essaie de rayonner !